PS Mouscron

USC Mouscron Parti Socialiste

Rue du Val 10 à 7700 MOUSCRON
TEL : 056/85.65.95 (94)
FAX : 056/85.65.96

Author Archive

Conseil communal de Mouscron du lundi 3 novembre 2014.

Question Time de la conseillère communale PS Marianne Delporte, sur la signalisation à la rue Damide, à Dottignies.

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les Echevins et Conseillers.

Ayant été interpellée par des habitants de la rue Basse et de l’avenue du Reposoir concernant l’incivilité de certains conducteurs qui sortent de la rue Damide et tournent à gauche afin de rejoindre le boulevard des Canadiens, malgré la signalisation en place (sortie obligatoire à droite bien visible par le panneau) et cela seulement 10 mètres avant le rond-point, rond -point que certains automobilistes prennent pour un défouloir pour accélérateurs.

Les voitures franchissent donc la bande blanche, ne causant pour l’instant que des freinages intempestifs.

Que se passerait-il si un piéton ou un vélo arrive en même temps qu’une voiture qui sort du rond-point ?

Au nom du groupe PS je vous remercie pour vos réponses.

Un panneau sera rajouté…

C’est Marie-Hélène Vanelstraete, échevine de la Mobilité, qui a répondu à la question. L’échevine a ainsi indiqué qu’un panneau avec une flèche devrait prochainement être rajouté sur le petit îlot. Si cela ne suffit pas, une réflexion pourrait être menée pour un basculement en sens unique mais l’échevine a fait comprendre que cela serait compliqué, la configuration de la rue n’étant pas adaptée à telle mutation.

Le dimanche 5 octobre 2014, lors du Congrès de rentrée du parti socialiste, la députée régionale mouscronnoise Christiane Vienne a pris la parole au nom de la Fédération Wallonie Picarde. Voici son intervention…

Chers camarades,

Nous nous devons de transformer une difficulté en opportunité. Opportunité de renforcer la gauche ! Le dernier scrutin a renforcé le PS en Wallonie Picarde et ce n’est pas du au hasard. Cette victoire, nous la devons à l’action commune, structurée au sein de l’asbl Artwapi, que nous menons déjà depuis quelques années. Les rencontres régulières (mensuelles) avec nos camarades de Solidaris, de la FGTB et de PAC nous permettent de coordonner nos actions mais aussi d’échanger nos points de vue, de confronter nos idées.

L’action commune consiste en un travail quotidien et pas seulement en préparation d’ échéances électorales. Le gouvernement des droites qui se met en place, ne s’attaquera pas qu’aux acquis du PS, il cible aussi les mutualités et les syndicats. Solidaris est directement menacée dans son action liée à l’assurance obligatoire, la FGTB dans le paiement des allocations de chômage.

Camarades, nous ne nous laisserons pas faire ! Nous nous devrons aussi de faire preuve de pédagogie. En effet, piloter la communication alors que nous serons dans l’opposition au niveau fédéral et aux commandes au niveau wallon et communautaire va nécessiter une stratégie efficace. Les droites vont renforcer les corporatismes, casser les solidarités et opposer ceux qui n’ont rien à ceux qui n’ont presque rien.

C’est l’heure pour nous, camarades, d’exprimer nos valeurs, nos fondamentaux, le sens de notre action, ce qui lui donne du coeur, nous devons plus que jamais être Rouge Vif ! Nous devons soutenir nos services publics et dénoncer avec force chaque attaque contre nos acquis sociaux. Le PS est le parti de l’espoir. Développons une vision volontariste et solidaire afin d’éviter le repli sur soi et menons ces combats avec force et enthousiasme.

La Wallonie Picarde est une terre de Pme et de Tpe, les pertes d’emplois sont sans doute moins spectaculaires qu’en d’autres endroits en Wallonie, elles sont cependant bien présentes et nous appelons le gouvernement wallon à y être attentif.

Camarades, j’appelle à une opposition dure sur le fond, efficace sur la forme ! Il est temps de sortir les drapeaux, les écharpes, les bonnets, les calicots, ils vont servir ! Ils vont rougir nos rues, nos quartiers, nous ne laisserons pas passer l’injustice et la violence sociale de la droite ! Nous serons Rouge Vif !

Conseil communal de Mouscron du lundi 13 octobre 2014.

Question Time du conseiller communal PS Guillaume Farvacque sur la taxe « Panini ».

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les Echevins et Conseillers,

Je souhaiterai revenir sur la tournée entamée dernièrement par les agents du Service des Finances  auprès de divers commerces mouscronnois.

En octobre 2013, le conseil communal votait à l’unanimité une taxe annuelle de 800€ à destination des établissements vendant des produits chauds et gras à emporter. Une taxe qui concernait à l’époque essentiellement les friteries et autres « Pitta Kebab », il est étonnant de la voir aujourd’hui réclamée, notamment, aux sandwicheries qui afin de diversifier leur offre ont décidé de proposer dans leur gamme de produits quelques paninis ou  croque-monsieur à emporter.

Ces 800€ de taxe annuelle ont suscité une certaine incompréhension dans le chef de commerçants.

Ce montant appliqué par la ville est celui préconisé par la Région wallonne mais la quasi-totalité des villes de Wallonie Picarde réclament une somme moindre. Certaines comme à Estaimpuis ont même décidé de ne rien demander.

A l’heure où la ville s’engage dans la réalisation d’un schéma de développement commercial du centre-ville, nous nous étonnons de cette mesure contraignante pour de petits commerces qui peinent déjà à survivre.

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les membres du Collège, pouvez-nous apporter quelques éclaircissements sur cette soudaine perception ?

Je vous remercie pour votre réponse.

Si vous n’avez pas eu l’occasion de le lire, voici le texte proposé par le Parti Socialiste et plus précisément par Christiane Vienne, chef du groupe PS au conseil communal, pour le « Vivre dans ma Ville » de septembre 2014. Le « Vivre dans ma Ville » est un magazine trimestriel édité par la ville de Mouscron et distribué gratuitement à l’ensemble des Mouscronnois…

L’heure de la rentrée a sonné ! Et si dire « au revoir » à l’oisiveté des vacances n’est pas du goût de tous, il est une nouvelle estivale dont le mouscronnois ne peut que se réjouir et espérer en voir au plus vite les applications sur le terrain. En effet, avec le récent accord du Gouvernement Wallon, la cité des Hurlus est désormais reprise dans la Politique des Grandes Villes. Elle rejoint, avec Verviers, les villes wallonnes de Charleroi, Liège, Mons, Seraing et La Louvière qui bénéficient d’un soutien au développement de projets visant à améliorer les conditions de vie dans les zones urbaines en difficulté.

Cela signifie concrètement que la ville bénéficiera d’aides financières pour la rénovation de quartiers. Si le montant de ces subsides doit encore être discuté au Parlement wallon, quand on pense au Mont-à-Leux, à certains coins du Nouveau-Monde, du Tuquet et au Risquons-tout, il y a de quoi se dire qu’il y a fort à faire et que cette nouvelle est la bienvenue. Cette reconnaissance devrait permettre une profonde rénovation, une réelle revitalisation. Notre souhait pour Mouscron est que cette nouvelle dynamique soit également synonyme de bien-être et de quiétude pour les riverains, avec une pensée particulière pour les habitants des quartiers bordant la frontière qui aimeraient voir fleurir autre chose que des Tabacs et autre Night-Shops source de bien des nuisances.

Nous serons donc attentifs à ce que les aménagements urbains qui seront consentis soit bien plus qu’un coup d’éclat sur des quartiers « dégradés ».

Dans le cartable des élus socialistes mouscronnois, une note rappelle aussi les grandes difficultés financières que traversent actuellement les communes. Au-delà des effets de la crise économique et financière, les communes vont devoir faire face à diverses réformes structurelles qui risquent de compliquer la maîtrise des dépenses. Les finances publiques sous pression nous obligent, en cette rentrée 2014, à être plus que jamais attentifs aux choix de gestion de la commune. Un équilibre financier en adéquation avec les besoins et attentes des citoyens sera une préoccupation de chaque instant.

Ce n’est donc pas le travail qui manque en ce début septembre. Nous continuerons à mettre  toute notre détermination et notre énergie dans l’ouvrage qui est le nôtre, celui qui tend à agir positivement sur la qualité de vie des mouscronnois.

Conseil communal de Mouscron du lundi 25 août 2014.

Point 2 à l’ordre du jour – Projet de mise en œuvre des Zones d’Aménagement Communal Concerté (ZACC) dites « des trois Herseaux » et « Blanc-Ballot » – Elaboration d’un Rapport Urbanistique et Environnemental (RUE) – Adoption : voici l’intervention de la conseillère communale PS Christiane Vienne.

Par principe, nous ne sommes pas opposés au projet des Trois Herseaux. Nous jugeons l’opportunité intéressante car ce projet propose entres autres la création de logements dit « moyens ». A savoir selon le rapport urbanistique et environnemental relatif aux ZACCs des « Blanc Ballot » et « Trois Herseaux », 2500 nouveaux logements sur une période de 30 ans de tous types (unifamiliaux, immeubles à appartements, habitat adapté pour PMR, pour personnes âgées, de logements publics) et Mouscron a besoin de nouveaux logements de qualité.

Ce projet est l’occasion de la voir naître une nouvelle dynamique. Du logement mais aussi toute l’offre de services s’y affairant : des commerces, des écoles, crèches, maisons de repos, des espaces de convivialité, de détente… Et donc générer de l’emploi local.

Bien sûr nous sommes conscients que tout changement amène des craintes, il faudra veiller à la mixité au sein de ce quartier, s’assurer qu’en grande partie ces nouveaux logements soit accessibles aux mouscronnois qui en ont le plus besoin. Rester attentifs aussi à la question de la mobilité tant à l’intérieur de cette nouvelle zone urbaine qu’en zone périurbaine. Qui dit nouveaux logements, dit nouveaux habitants qui, bien entendu, génèreront un trafic supplémentaire et quand on parle de 300 nouveaux logements par an, la mobilité est une des premières questions qui vient en tête. Pas tant celle à l’intérieur de cette zone urbaine qui fait partie intégrante du projet mais celle autour, faire en sorte que les infrastructures existantes puissent répondre à ce nouvel afflux de personnes et de véhicules. Il faudra veiller à bien intégrer le projet des Trois Herseaux dans le développement global de Mouscron, avoir une vraie réflexion sur la vie de l’ensemble de la commune, nous ne voulons pas que la Ville mette tous ses œufs dans le même panier et que les Trois Herseaux deviennent un prétexte pour mettre de côté d’autres projets comme la réhabilitation de quartiers. Au contraire ce projet doit être une impulsion à une nouvelle dynamique de Ville. Ce projet ne doit pas éluder les autres urgences urbanistiques de la Ville. Il est important de voir se réaliser, à côté des Trois Herseaux, d’autres projets de réhabilitation, d’aménagement des quartiers existants, créer une harmonie entre l’ancien et le nouveau, une identité propre à l’ensemble de la Ville et ainsi éviter une certaine ghettoïsation.

La demande concernant non seulement le logement mais également la qualité de vie sur Mouscron est telle que nous nous opposons à l’immobilisme, nous souhaitons une réelle concertation autour de ce projet qui par bien des aspects répondrait à un besoin criant mais dont l’intégration requiert toute notre attention. Il faut pouvoir ouvrir la discussion, trouver avec les promoteurs du projet un terrain d’entente afin que celui-ci puisse s’intégrer à l’environnement existant. Il faut aussi qu’il soit intégré à la politique urbanistique de la Ville dans son ensemble.

Conseil communal de Mouscron du lundi 30 juin 2014.

Question Time du conseiller communal PS Guillaume Farvacque sur l’impact commercial du manque de stationnement dans l’hyper-centre mouscronnois.

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les membres du Collège,

Par cette question-time, nous souhaitons revenir un instant sur le projet de rénovation de la Grand-Place de Mouscron.

Au Conseil Communal du mois de Février, nous avons fait part de nos remarques à l’égard de ce projet pour lequel nos commentaires portaient essentiellement sur la mobilité et la sécurité liée à celle-ci ainsi que sur la problématique du stationnement.

C’est sur ce dernier point que je voudrais aujourd’hui m’arrêter quelques instants :

Nos craintes portaient sur le manque de places de stationnement dans la nouvelle configuration.

Malgré les réponses dernièrement apportées par la majorité, notre inquiétude persiste sur ce sujet qui, le cas échéant, impactera sèchement notre hyper centre.

Ce n’est un secret pour personne, la problématique du stationnement des véhicules est aujourd’hui un aspect essentiel dont il faut tenir compte dans la confection d’un tel dossier.

Nos craintes se justifient et se constatent déjà actuellement en matière de stationnement et le phénomène va inévitablement s’accentuer.

S’accentuer car l’objectif du centre administratif étant de centraliser les services, cela provoquera inévitablement une forte augmentation du nombre de véhicules du personnel communal. Cette centralisation des services génèrera forcément un même accroissement du nombre de véhicules « visiteurs » des différents services communaux. De plus, nous rappelons qu’une centaine de places de stationnement vont disparaître de la Grand-Place et même si un complément de parking est bien prévu autour du centre administratif, cela nous semble insuffisant afin de répondre à la demande.

Tout cela a déjà été dit, mais le sujet est  capital pour la vie de notre hyper-centre qui, faut-il le rappeler, souffre déjà suffisamment.

L’arrivée du centre « Les Dauphins » constitue une concurrence sérieuse et l’arrivée annoncée du centre commercial à Estaimpuis accentuera encore ce phénomène. A ce titre d’ailleurs, voyez à quel point le stationnement est privilégié par ces professionnels du commerce qui en font un élément de réflexion central.

Souhaitant rester objectif, nous estimons qu’une nouvelle Grand-Place et de tels centres commerciaux ont évidemment leur place à notre époque dans une ville telle que la nôtre.

Dans le même état d’esprit, l’activité commerciale du centre-ville mais aussi de nos quartiers est primordiale et doit faire l’objet de toute notre attention. Nous nous devons de tenir compte d’un maximum de facteurs entrant dans nos compétences et qui permettront l’épanouissement de ces petites structures. En effet, les petits commerces créent notamment de l’emploi, fournissent de la proximité dans tous les sens du terme et contribuent également à façonner l’image que reflète notre commune.

Certes le dynamisme commercial du centre-ville ne réside pas uniquement  en ce seul critère de stationnement mais il est essentiel et nous préoccupe au plus haut point dans le cadre de ce dossier.

Aux craintes et considérations de notre groupe dont je viens de vous faire part, vient s’ajouter une initiative personnelle entreprise par un commerçant du centre-ville dont il me semblait opportun de vous faire part.

Ce commerçant a effectué un sondage auprès de ses collègues de l’hyper-centre (Grand-Place, Petite rue, rue de Courtrai et rue de Tournai).

Dans le cadre de la rénovation de la Grand-Place, les commerçants ont été soumis aux 2 questions suivantes :

1°) Voulez-vous garder l’intégralité du parking de la Grand-Place et le maintien des deux aires de déchargement côté petite rue ? (Version actuelle)

2°) Voulez-vous que la Grand-Place soit aménagée en piétonnier, côté petite rue, avec la suppression de ses deux aires de déchargement ? (Version future)

Ce questionnaire individuel a été complété par 115 commerçants qui y ont apposé leur cachet d’entreprise ainsi que leur signature.

  • 10 refusent de répondre ou sont sans avis.

  • 1 propose une alternative.

  • 3 sont « pour » le projet tel qu’il est proposé actuellement.

  • 101 veulent garder l’intégralité.

La grande inquiétude qui dirige ces réactions est majoritairement liée à la problématique du stationnement.

Dans ce contexte, nous insistons donc une nouvelle fois sur le sujet du stationnement dans notre hyper-centre et posons les questions suivantes :

  • Une étude spécifique a-t-elle été effectuée en matière de stationnement ?

  • Un projet n’est-il pas envisagé/envisageable entre le parking Métropole et le parking Picardie ?

  • Plus généralement, en matière de stationnement, envisagez-vous des initiatives en la matière ?

En vous remerciant de votre attention, veuillez recevoir, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les membres du Collège, l’expression de mes sentiments les plus cordiaux.