Clara PORCU

Puisque je me présente, il faut bien que je me présente, même si je suis d’un naturel discret.

Je m’appelle Clara Porcu.

Je suis la maman de deux filles, jeunes adultes entrées dans la vie active à présent.

D’origine sarde, j’ai dû affronter certaines discriminations, ce qui a nourri chez moi un refus de l’exclusion, d’autant que mon histoire familiale m’a amenée à grandir en collectivité : j’y ai appris le sens du partage, des concessions, l’importance du dialogue et des valeurs communes.

Éducatrice spécialisée de formation, je suis aujourd’hui directrice d’une résidence services pour personnes âgées à Mouscron.

Mon parcours professionnel m’a fait évoluer dans le secteur social, l’aide à la personne, notamment auprès de jeunes placés par le juge ou de personnes en réadaptation fonctionnelle.

Plus qu’un hobby, le sport est une passion et a toujours fait partie de ma vie : je pratique la course à pied au sein du « Jogging Club de Luingne », où je me suis investie dans le comité

 

Je me sens militante socialiste depuis toujours. J’aime à dire que j’ai appris à chanter « le chiffon rouge » en fréquentant le club de gym « Au point rouge » à Mouscron.

 

 

Engagée de longue date, donc, d’abord en suivant le travail d’élus socialistes locaux comme Daniel Senesael et Christiane Vienne que j’ai soutenus lors des précédentes campagnes électorales.

Depuis, j’ai décidé de m’engager plus formellement, d’assister aux réunions de la section locale ou au Chantier des Idées et de franchir le cap en me présentant comme candidate sur la liste PS pour les communales d’octobre.

Je me retrouve dans le retour aux fondamentaux que prône le PS : combat contre les injustices et les inégalités, la place de la femme et le regard qu’on porte sur elle, l’émancipation des personnes et comment leur permettre de retrouver une dignité.

 

Pour parler de moi encore, je dirai que j’ai les qualités de mes défauts : une certaine liberté de parole qui m’amène à dire ce que je pense même si on me le reproche parfois…

Et pour parler de ce qui me tient à cœur, je citerai ma persévérance qui m’a fait terminer un marathon en ayant repris le sport d’endurance / running après un accident.

 

Pour moi, la politique, c’est comme la course : l’important, c’est le fond.