PS Mouscron

USC Mouscron Parti Socialiste

Rue du Val 10 à 7700 MOUSCRON
TEL : 056/85.65.95 (94)
FAX : 056/85.65.96

Posts Tagged ‘ Christiane Vienne ’

Les conséquences de l’inceste « Longtemps après »

L’inceste est encore un sujet trop souvent tabou. Sphère de l’intime, il se tait, nimbé de honte et renvoie chacun de nous à une question qui a du mal à se formuler.
Brigitte Lemaine, sociologue et docteur de 3ème cycle en philosophie esthétique, est l’auteure de 5 films soutenus par les ministères et les fondations pour mieux définir la maltraitance sur les enfants et les adolescents. Elle se consacre aux conséquences de l’inceste depuis 2007.« Longtemps après » son dernier film sur ce thème a pour but de faire prendre conscience de la réalité de la pédophilie intrafamiliale, des enjeux du post-traumatique et des moyens qu’il faudrait mettre en œuvre pour les endiguer.

L’entrée est gratuite.

Il y a quelques jours, la députée régionale PS Christiane Vienne a adressé une question écrite à M. Carlo Di Antonio, Ministre de l’Environnement, de l’Aménagement du Territoire, de la Mobilité et des Transports, des Aéroports et du Bien-être animal, concernant l’accès aux bouches incendie de la SWDE. Voici la question de la députée mouscronnoise et la réponse du Ministre.

Il me revient que début novembre lors d’un incendie à Dottignies dans l’entité de Mouscron les pompiers ont peiné à trouver la bouche d’incendie située face à l’habitation. Les riverains mettent en cause le mauvais entretien de celle-ci rendant sa localisation ardue cette fois-ci, mais déjà dans un précédent incendie dans la même rue voilà 5 ans.

La SWDE développe-t-elle une politique particulière en matière de localisation et d’entretien des bouches d’incendie ? Existe-t-il un monitoring de celles-ci (situation, entretien, etc.) ? Quelles sont les collaborations existantes avec les services d’incendies ? Comment procéder pour qu’en cas d’incendie, les services des sapeurs pompiers puissent immédiatement identifier et atteindre la bouche-incendie la plus proche ?

Réponse du Ministre Di Antonio

D’un point de vue technique, la SWDE a toujours considéré les hydrants (bouches d’incendie) comme de simples outils de gestion (purge d’air, rinçage des conduites, etc.) à l’instar des autres appareils de son réseau. C’est à ce titre qu’elle procède à des interventions ponctuelles.

Les responsabilités en matière de lutte contre l’incendie sont, en vertu de la réglementation en la matière, exclusivement à charge des communes. Ainsi, l’Arrêté royal du 8/11/1967 prescrit : « …les communes sont tenues de disposer de ressources suffisantes en eau d’extinction, conformément aux critères fixés par le Ministère de l’Intérieur. Elles doivent maintenir accessibles et utilisables en tout temps les hydrants et vannes établis en nombre suffisant sur les réseaux de distribution d’eau, ainsi que les citernes à eau des établissements publics et les points d’eau naturels du domaine public… ». La Circulaire ministérielle du 14/10/1975 quant à elle précise que : « …les communes doivent prendre les mesures nécessaires et éventuellement établir un règlement ad hoc. Ces mesures, dont la prescription et le coût incombent aux communes, doivent régler la vérification et l’entretien des ressources en eau, ainsi que tout ce qui y est accessoirement uni et les moyens propres à leur dégagement et leur accès. »…

Sur le plan juridique, il est donc de la responsabilité exclusive de la commune d’assurer la disponibilité, l’accessibilité et le repérage des ressources en eau d’extinction. Il lui appartient également de procéder aux contrôles prescrits par la réglementation.

De son côté, la SWDE, bien que n’ayant aucune obligation en la matière, est à disposition de ses associés communaux pour les aider à répondre à ces obligations. Depuis 2009, par exemple, elle leur propose d’organiser l’entretien et le contrôle des hydrants par le biais de conventions spécifiques. Un nombre très restreint d’entre elles a opté pour ce service.

En outre, la SWDE dispose et poursuit le développement de son Système d’Information Géographique (SIG) reprenant la localisation des quelque 150.000 hydrants disséminés sur ses réseaux. Elle a notamment fourni au SPF Intérieur le fichier de ces hydrants pour qu’ils puissent être téléchargés et intégrés aux SIG des services régionaux d’incendie (SRI) via le site de la Sécurité civile.

Conseil communal de Mouscron du lundi 15 décembre 2014.

Question Time de la conseillère communale PS Christiane Vienne, sur l’enquête sécurité.

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les Echevins et Conseillers,

La sécurité ou plutôt l’insécurité étaient dans toutes les campagnes électorales et restent une préoccupation importante de tous les élus mouscronnois. Notamment, la prolifération effrénée des « tabacs » et autres night-shops qui reste préoccupante en raison du sentiment d’insécurité que ce type de commerce génère dans certains quartiers.

Le Nord Eclair du dimanche 7 décembre titrait  « La Ville soumet à ces citoyens un questionnaire sur l’insécurité pour définir des priorités ». Je m’interroge cependant sur la façon de  faire et sur le peu de réponses attendues (500 pour 54.000 habitants).

En effet, l’enquête en cours se base sur une manifestation spontanée du citoyen qui doit se rendre à l’administration communale ou avoir un accès à internet. L’annonce de cette enquête a été  faite par voie de presse, cependant tous les mouscronnois ne lisent pas la presse. Il est dès lors regrettable que l’enquête ne vienne pas directement aux habitants concernés.

Ne serait-il pas plus efficace de déposer tout simplement ladite enquête publique dans la boîte aux lettres de chaque citoyen comme c’est le cas du magazine « Vivre dans ma Ville » ? Ceci permettrait d’impliquer plus de monde et je pense particulièrement aux personnes âgées ou handicapées qui peuvent difficilement se déplacer et qui sont les premières à vivre avec ce sentiment d’insécurité. Libre ensuite à chacun d’y répondre et de la retourner dûment complétée à l’administration communale. Chaque citoyen sera ainsi responsabilisé et impliqué dans cette consultation populaire.

Je vous remercie de votre réponse.

DEJA 632 REPONSES

Précisant que cette enquête fait suite à l’enquête locale de sécurité, d’abord menée par la Police fédérale avant d’être en­dossée par la police locale en 2011, le bourgmestre Alfred Gadenne a indiqué que le chiffre avancé de 500 réponses était le minimum à atteindre. « Un total déjà largement dé­passé, puisque nous en comptabilisons actuellement 632 et que l’enquête se poursuit jus­qu’au 31 décembre », a remarqué le maïeur.

L’information ayant été transmise par le biais du conseil communal des enfants, celui des adolescents et celui des aînés, le questionnaire ayant été mis à disposition à l’hôtel de ville mais aussi dans toutes les antennes de quartier et lors du sa­lon de la Famille et de la Petite En­fance. Sans parler d’Internet et d’une sollicitation dans le « Vivre dans ma ville » de décembre, Alfred Gadenne a estimé que les sources de diffusion étaient largement suffisantes…

Conseil communal de Mouscron du lundi 15 décembre 2014.

Point 12 à l’ordre du jour – Budget 2015 – Service ordinaire et extraordinaire : voici l’intervention de la conseillère communale PS Christiane Vienne.

Ce lundi soir, lors du conseil communal de Mouscron, l’échevine Ann Cloet présentait le budget 2015 de la ville de Mouscron. Un budget qui n’a pas manqué de faire réagir l’opposition, notamment la conseillère communale PS Christiane Vienne. Voici son intervention:

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les Echevins et Conseillers,

Le budget qui nous est présenté s’inscrit dans la continuité, pas de surprise donc.

Je ne commenterai pas article par article car, la commission et les réponses données par écrit par Madame l’échevine et Madame Herpoel étaient suffisamment éclairantes, ce dont je les remercie.

Mon intervention s’articulera autour d’une réflexion globale et un regard sur les grandes masses de ce budget.

En ce qui concerne les recettes ordinaires, seules 6% proviennent de prestations (5.465.960 sur 90.465.449), cela montre à quel point nous sommes dépendants des recettes de transferts provenant d’autres niveaux de pouvoir qui ont eux-mêmes leurs propres difficultés.

Du côté des dépenses, les dépenses de dette représentent pas moins de 10 % du total des dépenses (8.908.853 euros sur 89.218.047 euros), alors que les dépenses de fonctionnement en représentent 16 %… Cela témoigne du poids de la dette sur nos charges ! Si nous jetons un petit coup d’œil sur le tableau d’évolution de la dette, nous constatons directement une augmentation de la charge annuelle de 22 % entre 2013 et 2015 alors que le stock de dette a augmenté sur la même période de 28 % et les emprunts à charge de l’autorité subventionnante augmentent de 7 %.

C’est dire à quel point la dette à la charge de la ville augmente malgré l’intervention des subsides !

Nous pouvons ajouter à cela des garanties d’emprunts pour l’IEG, Ipalle et Simogel pour un montant de 39.158.758 euros !

Ce sont des garanties bien sûr mais les nuages qui s’amoncellent dans le ciel des intercommunales laissent craindre le pire.

La nouvelle majorité fédérale NVA/MR veut imposer aux intercommunales de payer l’impôt des sociétés, quelle en serait la conséquence pour IEG ? Pas besoin d’être devin pour savoir qu’elle serait catastrophique ainsi que pour Ipalle et Simogel. Terminés les dividendes (2.500.000 euros cette année), terminés les emprunts effectués pour compte de la Ville afin d’alléger la charge communale, terminé de jouer les banquiers pour combler les déficits !

Un autre danger guette, il s’agit de la norme SEC. Jusqu’à présent les pouvoirs locaux utilisent le standard comptable appelé Nouvelle Comptabilité Communale, depuis 1995. Peu à peu, c’est la norme SEC 2010 (et avant elle la norme SEC 95) qui s’impose et cela a des conséquences lourdes.

  • Sur la transmission des informations financières des pouvoirs locaux vers l’ICN et la BNB qui va permettre de fixer un objectif aux pouvoirs locaux et de vérifier son respect.
  • Le calcul du solde SEC 95, ne fait pas de différence entre le budget ordinaire et le budget extraordinaire, le solde est donc obtenu par la différence entre les recettes totales déductions faites des recettes d’emprunts et les dépenses totales, déductions faites du remboursement en capital d’emprunt.

En d’autres termes, on ne prend plus en compte ce que l’on emprunte dans les recettes et on déduit des dépenses le remboursement en capital d’emprunt tout en considérant l’ensemble des investissements réalisés en année N comme une dépense de cette année N.

Si l’on ramène ce principe à la comptabilité communale, la différence entre les emprunts et les amortissements (au service extraordinaire) doit être financée par un solde positif au service ordinaire.

Il faut par ailleurs rajouter en SEC 95, on ne tient pas compte du financement par le prélèvement de réserves ou de provisions comme c’est le cas cette année. Cette méthode ne contribue donc pas à améliorer le solde des communes qui financent certains investissements, ou équilibrent leurs comptes ordinaires, par leur fonds de réserve.

Ces évolutions présentent un risque considérable pour notre commune.

Et pourtant… rien n’indique dans ce budget une volonté de serrer la vis, de maintenir la dette au niveau minimum. C’est comme si la majorité préférait se voiler la face et faire « business as usual » ! Le choix de surévaluer les dépenses de personnel empêche d’avoir une vision réelle des dépenses.

Bien sûr, nous nous battrons contre ces mesures, bien sûr, le PS interviendra au niveau EU, bien sûr il marquera son opposition au Fédéral mais nous nous devons d’être vigilants.

Je suis très inquiète car je ne retrouve pas ce devoir de vigilance dans les chiffres présentés et c’est pourquoi nous nous abstiendrons sur ce budget qui semble bien léger devant les défis à relever.

Merci de votre attention.

La prochaine conférence PAC aura lieu le mardi 16 décembre 2014, à 19h30, au « Wap Doo Wap », à Mouscron. « Rock’n roll belgitude » sera le thème du jour d’une conférence assurée par le journaliste Julien Oeuillet…

Reporter indépendant, auteur, réalisateur de films documentaires, globe-trotteur et polyglotte, Julien Oeuillet posera un regard original et décalé sur l’identité belge, vue au travers de l’histoire insolite de la Belgique comme terre d’accueil du rock. Comment, dans les années 60-70, notre pays joua le rôle de tête de pont d’une nouvelle musique et du vent de liberté qui l’accompagnait ? Quelle influence a eu la Belgique dans la mutation d’un phénomène anglo-saxon en un mouvement mondial ? Voilà ce que vous proposera ce passionné le temps d’une soirée, fixée au mardi 16 décembre 2014, à 19h30, au « Wap Doo Wap ». L’entrée est gratuite.

La députée régionale Christiane Vienne a récemment posé une question écrite à Maxime Prévot, Ministre des Travaux publics, de la Santé, de l’Action sociale et du Patrimoine, au sujet de la RN 511, entre les villages de Saint-Léger et de Warcoing.

Christiane Vienne a interpellé le Ministre Maxime Prévost au sujet de la sécurisation du rond-point situé sur la RN511, entre la zone industrielle de l’Espierres et celle du Pont Bleu. Ce tronçon réalisé pour permettre le désengorgement et la sécurisation des villages environnants les zones d’activité économique mixte de l’Espierres, du Quevaucamps et du Pont-bleu en les délestant du trafic poids lourds est ouvert depuis septembre 2008. Si le but en terme de trafic est atteint, il reste cependant un problème quant au manque d’éclairage public et de visibilité.

Le Ministre a répondu que l’éclairage public avait été initié sur cette zone mais avait dû être démonté suite à une plainte déposée par l’héliport avoisinant. Le Ministre a également affirmé sa volonté de trouver une solution avec l’héliport afin d’aboutir à une solution satisfaisante pour tous. Il veillera à ce que ce projet soit inscrit au budget 2015.