PS Mouscron

USC Mouscron Parti Socialiste

Rue du Val 10 à 7700 MOUSCRON
TEL : 056/85.65.95 (94)
FAX : 056/85.65.96

Posts Tagged ‘ conseil communal ’

de Mouscron du lundi 26 mai 2014.

Question Time du conseiller communal PS Guillaume Farvacque sur la problématique du stationnement dans la rue du Petit Pont, à Mouscron.

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les membres du Collège,

Suite au développement d’une société située à hauteur de la rue du Petit Pont à Mouscron, les riverains du quartier se plaignent d’un problème de stationnement.

En effet, même s’il est heureux de constater l’expansion de l’entreprise, le stationnement des véhicules du personnel déborde allègrement dans les rues avoisinantes et cela, 7 jours sur 7 à partir de 6h30 du matin.

Les riverains se sont mobilisés depuis septembre 2013 afin d’attirer l’attention sur cette problématique.

Une pétition de quelques centaines de signatures a été déposée auprès de l’administration communale et des entrevues se sont tenues avec les représentants de la police ainsi qu’avec Monsieur le Bourgmestre.

Il a été répondu aux riverains que le travail serait remis sur le sujet et qu’une solution serait trouvée.

J’ai pu constater l’encombrement sérieux des lieux et l’agacement que cette problématique suscite crescendo dans le quartier.

La situation étant toujours en l’état actuellement, je voudrais savoir si des mesures seront prises par les autorités communales afin d’y répondre.

En vous remerciant, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les membres du Collège, de l’attention portée au présent.

de Mouscron du lundi 26 mai 2014.

Question Time de la conseillère communale PS  sur l’état des bâtiments scolaires…

Monsieur le Bourgmestre, Mesdames, Messieurs les Echevins et Conseillers,

Permettez-moi de revenir sur l’état des bâtiments scolaires communaux. Les récentes Portes Ouvertes organisées dans les établissements de notre ville révèlent un certain manque d’entretien. Interpellée par des parents, des enseignants, la question se pose de l’inégalité de la qualité de l’enseignement et l’environnement.

Prenons pour exemple le site de Dottignies de l’ICET :

L’état de la façade ne donne pas l’impression d’un bâtiment occupé. « L’ancien bâtiment » est équipé de simple vitrage, avec un système de chauffage vétuste (radiateurs en fonte, pas de vannes thermostatiques, pannes fréquentes).

Dans le « nouveau bâtiment » le revêtement de sol est parfois arraché et laisse apparaître la chape de béton. D’autres éléments qui peuvent sans doute sembler « esthétiques » jouent incontestablement sur la qualité de l’enseignement : tableaux cassés, mobilier vétuste et dépareillé, armoires sans clef, stores et tentures très abîmés,  escaliers extérieurs cassés et dangereux, etc.

Difficile pour des enseignants de conserver la motivation, désolant de voir un enseignement de qualité comme le nôtre dans des bâtiments si peu accueillants.

Des améliorations sont-elles prévues pour offrir un cadre propice à l’apprentissage ? Quelles mesures pouvez-vous prendre pour offrir à nos enfants et aux enseignants un environnement agréable au sein de l’enseignement communal ?

de Mouscron du lundi 28 avril 2014.

Question Time du conseiller communal PS Guillaume Farvacque sur les « skate-parks » au sein de notre entité…

Monsieur le Bourgmestre,

Mesdames et Messieurs les membres du Collège,

A plusieurs reprises déjà, un peu partout dans notre entité, j’ai été interpellé par des parents se plaignant d’un manque malheureux sur notre commune d’infrastructures permettant à nos ados de pratiquer le skate ou le BMX. En d’autres mots, d’un manque cruel à Mouscron de Skate-parks.

Régulièrement, comme nous tous ici je l’imagine, je croise des petits groupes de jeunes qui déambulent dans les rues à la recherche d’un « spot » où ils peuvent passer ensemble, un moment à s’y distraire sur leur planche ou leur vélo.

Ils circulent généralement à cinq ou six et tournent dans le quartier à la recherche d’un endroit où la police ou une tierce personne ne viendra pas les chasser au nom de la tranquillité des lieux.

Je peux comprendre que la présence de ces jeunes puisse parfois titiller l’inquiétude de certains, tout comme l’agacement d’autres de voir ces apprentis acrobates s’exercer parfois là où ils ne devraient pas.

Cependant, ce ne sont que des jeunes qui pour la grande majorité du temps, ne demandent qu’à être tranquille, dans leur coin, entre eux, à pratiquer quelques figures sur leur planche ou vélo.

Souvent seul, j’ai abordé plusieurs de ces groupes afin de discuter du sujet.

J’y ai toujours rencontré des ados courtois, sympathiques et polis.

J’insiste et j’insiste fortement, je le répète, j’y ai toujours rencontré des ados courtois, sympathiques et polis.

Je le répète volontairement avec insistance car en lisant certains propos tenus sur des forums, lorsque j’entends parfois certains commentaires, on présente presque ces jeunes comme les pires des criminels  … Encore une fois, ce n’est pas vrai, bien au contraire !

Lorsque l’on prend le temps de les écouter, ils ne demandent pas grand chose : Quelques obstacles leur permettant de faire quelques « figures », entendez par là, un skate-park, de préférence pas trop loin de la maison, dans un coin où ils ne dérangent personne et où ils sont aussi eux-mêmes en sécurité.

Les aspects positifs de telles infrastructures sont multiples et présentent, nous semble t-il, bien plus d’avantages que d’inconvénients.

Rien n’empêchera pas ces « Riders », ce serait d’ailleurs bien malheureux, de pratiquer leur passion.

Alors, plutôt que d’en retrouver un peu partout sur la voie publique, au risque parfois d’ailleurs de représenter un danger pour la circulation ou pour leur propre sécurité, cela permettrait de les regrouper.

Toujours dans ce principe de « regroupement », il serait également plus rassurant pour les parents de savoir où se trouvent leurs enfants et de ne plus avoir à s’inquiéter en raison de la distance parfois très longue à parcourir pour trouver une telle infrastructure.

Pour exemple, imaginez un peu le parcours d’un ado Dottignien, tant à l’égard des kilomètres à effectuer que par la dangerosité d’un trajet afin d’arriver au Jacky Rousseau ?

Avec l’effet de mode et l’ampleur que prennent ces disciplines, cela est bien trop peu pour  les jeunes d’une ville comme la nôtre.

Je vous en assure et je crois que vous le savez, la demande est conséquente en la matière …

A l’époque où bien trop de jeunes s’enferment dans leur bulle numérique  derrière leur PC ou restent collés à la TV à suivre des émissions sans intérêt, n’est-il pas opportun de répondre à cette demande qu’ils émettent ?

Est-il impensable d’imaginer l’installation d’un skate-park sur les communes de Luingne, Herseaux et Dottignies ?

Je voudrais connaître l’avis de la majorité sur ce sujet ?

Et pour conclure, je voudrais savoir si il existe actuellement des projets en la matière ?

En vous remerciant, Monsieur le Bourgmestre, Mesdames et Messieurs les échevins, de l’attention portée au présent.

de Mouscron du lundi 28 avril 2014.

Question Time du conseiller communal PS  sur les diverses anomalies rencontrées dans les alentours du carrefour chaussée du Risquons-Tout/rue Roland Vanoverschelde…

Monsieur le bourgmestre, mesdames, messieurs les échevins et conseillers,

Je souhaite aujourd’hui profiter de cette « Question Time » pour relever plusieurs anomalies rencontrées dans un même périmètre, dans la chaussée du Risquons-Tout, et plus précisément aux abords du carrefour avec les rues Roland Vanoverschelde et du Calvaire.

Vous n’êtes pas sans savoir que ce carrefour a récemment fait l’objet de travaux et qu’une sorte de plateau ralentisseur y a été installé. Or, quelques jours avant le précédent conseil communal, c’est-à-dire vers la fin mars, un problème a dû se produire, semble-t-il au niveau de la bouche d’égoût se trouvant en face de la pharmacie, puisque des panneaux verticaux aux barres rouges et blanches ont été posés en plein millieu de la chaussée du Risquons-Tout.

J’ose espérer que cela n’a pas causé d’accident mais ces panneaux ont rendu l’endroit très dangereux. Venant de la chaussée de Lille, on ne savait pas vraiment comment aborder cet obstacle placé au milieu de la chaussée. Certains passaient à sa droite, d’autres à sa gauche. J’ai eu l’occasion de voir deux automobilistes qui se suivaient passer chacun d’un côté et la collision a été évitée de peu.

Quoi qu’il en soit, le problème est aujourd’hui résolu puisque les panneaux ont disparu. D’autres panneaux du même type ont cependant fait leur apparition un peu plus loin, au niveau du carrefour avec la rue du Printemps, et le danger est le même !

Concernant ce point, voici mes premières questions : quelle est la nature des problèmes rencontrés au niveau de ces carrefours de la chaussée du Risquons-Tout ? Il s’agit d’endroits fraîchement aménagés, ayant subi de récents travaux, comment expliquer qu’il y ait déjà des choses à réparer ? Sauf erreur de ma part, je n’ai personnellement pas aperçu de panneau avertissant du danger en tout cas, rien n’annonçait la présence de ces obstacles au milieu de la voirie. N’y aurait-il pas moyen, dans de tels cas, de faire en sorte que les usagers soient avertis du danger ?

Ma deuxième sous-question concerne à nouveau ce carrefour. Avant les travaux, des passages pour piétons permettaient aux piétons de traverser la chaussée du Risquons-Tout avec plus de sécurité. Quand on voit la vitesse de certains véhicules dans cette longue voirie, ce n’était pas un moindre mal. Depuis que les travaux évoqués un peu plus tôt sont terminés, il n’y a plus de passage pour piétons. Et pour les nombreux élèves de l’école communale Pierre de Coubertin qui repartent à pied vers les Blommes après les cours, notamment, le retour à la maison s’avère parfois risqué. Pourquoi donc avoir supprimé ces passages pour piétons ? Un retour des fameuses bandes blanches sécurisantes est-il envisagé ?

Mon dernier point, toujours dans le même coin, concerne l’état de la voirie de la rue Roland Vanovershelde, plus précisément au niveau du rond-point avec la rue du Blanc Pignon. La rue y est en effet dans un très piteux état. Les roues des voitures passant dans les nombreux trous y prennent un coup ! Le revêtement de la voirie ne cesse de se détacher et les morceaux de bitume volent un peu partout. Certains riverains plutôt lassés s’amusent même à les ramasser et à les déposer au pied des arbres, ce qui donne une scène assez cocasse. Je n’ai donc qu’une seule question à poser à ce sujet : des travaux de réfection ou d’aménagement sont-ils prévus à ce endroit dans un futur proche ou lointain ?

de Mouscron du lundi 28 avril 2014.

Point 6 à l’ordre du jour – Cellules commerciales en emplacements de parking sis à Mouscron place Gérard Kasiers, mise à disposition, conditions, approbation : voici l’intervention de la conseillère communale PS Annick Saudoyer.

Monsieur le bourgmestre, mesdames messieurs les échevins et conseillers,

Plusieurs cellules commerciales de la Rénovation urbaine vont ainsi être prêtées gracieusement pendant six ans à la télévision régionale et communautaire du Hainaut occidental. Nous nous réjouissons de voir No Télé s’installer ainsi en plein centre-ville de la cité des Hurlus. C’est une bonne chose pour la télé de tous les jours, qui aura ainsi une sorte de vitrine au coeur de notre ville, mais c’est également une bonne chose pour les Mouscronnois, qui auront ainsi leur télévision locale encore plus proche d’eux.

Et nous espérons sincèrement que cela permettra de redynamiser une Rénovation urbaine qui en a bien besoin. Je me demande cependant si l’endroit choisi est bien approprié. Afin de redonner vie à cet espace qui semble parfois abandonné, j’aurais plutôt misé sur du commerce, et pas sur de nouveaux bureaux.

Je ne vais pas refaire le coup des chiffres car nous ne serons pas d’accord. J’ai retrouvé le P.-V. de la séance du conseil communal du 30 décembre dernier, lors duquel j’avais déjà évoqué les problèmes du commerce en centre-ville. Vous m’aviez notamment suggéré, ce jour-là, d’aller recompter les cellules vides de la Petite rue. Je me suis donc exécutée dès le lendemain et il y en avait étrangement au moins une de plus. Peut-être que l’un ou l’autre commerce avait fermé ses portes cette nuit-là ou alors votre boulier a des défauts.

Il ne faut cependant pas s’amuser à les compter pour être convaincu qu’elles sont de toute façon trop nombreuses.

Il y a pourtant des choses à faire, selon nous. Nous l’avions déjà évoqué, pourquoi ne pas transformer l’ancienne piscine et en faire un chouette bâtiment avec des commerces en-dessous, des logements au-dessus ?

Et la rue de la Marlière ? Si l’arrivée du cinéma a été une excellente chose, les retombées au niveau des commerces avoisinants ne sont pas vraiment ceux escomptés. Certains commerçants aux alentours du cinéma nous ont d’ailleurs signalé que l’arrivée du « For&Ver » n’avait quasiment pas attiré de nouvelle clientèle, comme on pouvait l’espérer. Au contraire, même, puisque de nouveaux commerçants ont semble-t-il été contraints de fermer définitivement leurs portes…

On ne le répètera jamais assez, nous aurons bientôt un centre-ville flambant neuf, avec une toute nouvelle Grand-Place et un magnifique et très cher centre administratif. C’est bien beau tout ça, mais s’il n’y a plus de commerces autour, ça manquera d’intérêt !

de Mouscron du lundi 28 avril 2014.

Point 5 à l’ordre du jour – Ecole des sports, résiliation du bail emphytéotique conclu entre la ville de Mouscron et la scrl IEG : voici l’intervention de la conseillère communale PS Annick Saudoyer.

Monsieur le bourgmestre, mesdames messieurs les échevins et conseillers,

Ca y est, c’est fini ! Avec ce point 5 inscrit aujourd’hui à l’ordre du jour du conseil communal, voilà officiellement la fin définitive du projet de construction d’une école des Sports…

Comme vous pouvez vous en douter, je suis déçue, amère même. Car je reste convaincue que ce projet ne méritait pas d’être abandonné de la sorte.

J’ai déjà eu l’occasion de l’évoquer plus d’une fois, notre groupe a toujours soutenu et défendu l’école des Sports. Et nous avons été heureux de voir cette école se développer au cours des années mais aussi surtout de découvrir les résultats sportifs encourageants réalisés par de jeunes pousses étudiant ou ayant étudié dans cette école.

Pendant des années, notre ville était un exemple en matière de formation sportive. La devise « Mouscron, ville sportive » nous allait plutôt bien. Le sport, et je ne me limite pas ici au football mais à l’ensemble des disciplines, véhiculait une image positive de notre commune chez nos voisins flamands ou wallons et même en dehors de nos frontières.

Pour la construction de cette école, je me dois de rappeller que nous avions une promesse de principe de 6 millions de subsides. Six millions sur lesquels le Collège a tout simplement décidé de faire une croix ! Ceux qui avaient bossé sur le projet au sein de la cellule Bâtiments scolaires du ministre Nollet en étaient presque tombés de leur chaise en apprenant ce choix aussi étonnant que regrettable.

Une telle école des Sports sur le site du Futurosport aurait pu permettre d’apporter un plus pour la jeunesse mouscronnoise mais aussi de redynamiser ce site qui commence à en avoir bien besoin. Aujourd’hui, je n’espère qu’une chose, que le Futurosport n’aura pas à subir les conséquences de cette décision !

Et quid du terrain qui avait été réservé à cette école ? On y trouve actuellement quelques chevaux qui sont bien jolis, certes, mais bon. D’autres projets sont-ils déjà envisagés à cet endroit ?